Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de l'Abbé Tof

Le blog de l'Abbé Tof

Les résultats des recherches campanographiques en Saône et Loire par l'Abbé Tof

Publié dans : #4 cloches

 

Le clocher de l’église de Saint Marcel

eglise 

Vidéo en bas de page

Ce 15 février 2012, nous voici devant l’église de Saint Marcel, dédiée à ce saint fondateur de la foi en Bourgogne, qui fut martyrisé en 179 à quelques pas de là. Les moines de Cluny construisent l’église actuelle au 12° siècle, sur une église plus ancienne, datant vraisemblablement de 579. L’église actuelle recèle quelques curiosités parmi lesquelles le banc des maires et une chapelle haute (au dessus du vestibule) qui est fermée au public sur les murs de laquelle sont peintes de magnifiques peintures en cours de restauration…

La tour du clocher au dessus de laquelle culmine une lanterne, a été construite en 1434 et est en façade. Il fait le pendant avec un autre clocher de l’autre côté de la porte d’entrée. Ce dernier s’est effondré en 1891 et la façade a été reprise ensuite. Pour monter dans le clocher, il faut entrer dans le vestibule et ouvrir une porte sur la droite qui nous ouvre à un autre sas. Face à nous, 3 portes identiques… laquelle choisir ? Le père Barberot qui nous accompagne nous ouvre la porte de droite et nous montons un premier escalier en bois qui nous mène dans un petit débarras. Là, une échèle en bois conduit au niveau de la chapelle aux peintures murales que j’évoquais. La hauteur de plafond importante est marquée également par un caisson et un espace sur toute la hauteur, côté Ouest. Il s’agit du passage des poids de l’ancienne horloge mécanique qui n’existe plus et qui est remplacée par un cadran à moteur électrique.

Nous empruntons une échèle en bois assez grande, qui nous conduit jusqu’au beffroi.

Depuis le niveau inférieur jusqu’au beffroi, c’est le domaine des pigeons qui se sont frayés des passages dans les grillages des ouvertures. L’épaisseur de fientes au sol est telle que nous ne voyons le plancher à aucun endroit du beffroi. Il s’agit d’un beffroi en bois souple sur points d’appuis. Nous notons le bon état de la charpente si l’on fait abstraction du plancher recouvert et donc certainement attaqué par l’acidité des fientes. Il est composé de 3 chambres pour 4 cloches. Chambre 1 au nord pour la cloche 4 ; chambre 2 au centre pour les cloches 2 et 3 et la chambre 3 au sud pour la cloche 1.

L’ordonnance de sonnerie semble être la suivante :

Messes dominicales : volée cloches 2-3, Mariages : 1-2-3-4, Glas : 1, Heures : tintement 1

 

Commençons donc l’étude des cloches.

 

cl1-1La première cloche dans l’ordre de la taille porte le nom de Françoise-Elie et date de 1825. Son joug est massif en bois et les ferrures plates. La couronne est à 6 anses non décorées, sinon de 2 filets. 3 filets au cerveau puis 5 lignes d’écritures : 1 – L AN 1825 SOUS LE PONTIFICAT DE LEON XII ET LE REGNE DE CHARLES X J AI ETE BENITE PAR Mr DAMEREVILLE CHANOINE HONORAIRE DE L EGLISE  2- CATHEDRALE D AUTUN. CURE DE SAINT MAERCEL LES CHALONS S S ASSISTE DE Mr Fois ETne BUGNOT VICAIRE JE M APPELLE FRANCOISE ELIE 3- PARRAIN MESSIRE FRANCOIS DAMEREVILLEcl1-2 CIDESSUS QUALIFIE ET POUR MARRAINE DAME ELIE SOUSSELIER VEUVE DE Mr MERCIER ANCINE CONSEILLER A LA 4- CHAMBRE DES COMPTES DU PARLEMENT DE DIJON J AI ETE FONDUE SOUS LES AUSPICES DE M M Ame MERAY PROST MAIRE DE St MARCEL Fcois DROUX 5- MAIRE DEPERVANS Gle SOUSSELIER MAIRE DE CHATENOY Jn SABRE MAIRE DE LANS LETOURNEAUX MAIRE DOLONS LODATE DOMINUM CYMBALIS RENESONANTIBUS

Sous ces lignes, une première frise composée de 2 bourrelets encadrant une série de 30 cl1-3filets. Sous cette frise, une seconde, qui lui est jointe, représente des festons. A mi hauteur de la robe, au nord, une palme de lauriers ; à l’Est, le Christ en croix entouré de Marie et d’un évêque à côté duquel le nom du fondeur J.A. BAUDOUIN FONDEUR ; au Sud des palmes de lauriers ; à l’Ouest, un blason composé de 3 fleurs de lys le tout surmonté d’une couronne et pris dans deux palmes. Au bas de la robe et à la pince, 2x3 séries de bourrelets. La cloche est équipée pour une sonnerie à la volée en lancé franc et d’un tintement extérieur à impulsion électromagnétique. Le battant matricé est relié à la bélière par chape métal-cuire, le tout d’origine. Les dimensions sont les suivantes : Hauteur de la cloche : 97cm Diamètre intérieur à la base : 104cm diamètre extérieur à la base : 129cm épaisseur du bord à la zone de frappe : 8cm épaisseur du bord à la zone intacte : 9cm estimation du poids : 1350 kg note : Ré# .

 

cl2La seconde cloche porte le nom de Marie Françoise depuis sa création, en 1865 par Gédéon Morel à Lyon. Son joug est en bois massif. Ferrures de fixations plates. La couronne à 6 anses est décorée de feuilles. Au cerveau, une frise de perles puis 5 lignes d’écriture : La première ligne commence par une croix : 1- + MAGNIFICAT ANIMA MEA DOMINUM LUCCI    2 – JE M APPELLE MARIE FRANCOISE 3- PARRAIN Mr FRANCOIS COULON PROST    4- MARRAINE MME MARIE DROUX FEMME PUGEAULT 5- CURE DE ST MARCEL MR J ROBERT CHAN HON D AUTUN * MDCCCLXV   6- ligne vide.

Sous ces lignes, 3 frises se suivent : une frise de perles, suivie d’une frise de feuilles de vigne avec ses raisins, et une frise de motifs architecturaux. A mi-hauteur de la robe, à l’ouest, la Vierge à l’enfant dans une couronne de lauriers ; au nord, St Marcel dans sa couronne de lauriers et une inscription au dessous : ‘SAINT MARCEL PRIEZ POUR NOUS’ ; au sud, comme l’indique l’inscription du dessous, la Nativité de Notre Dame puis à l’est le bon Pasteur dans sa couronne de laurier sous laquelle figure l’inscription ‘EGO SUM PASTOR BONUS’. Au bas de la robe, répartis autour de la cloche, les symboles de 4 évangélistes. A la pince, une série de bourrelets et de filets et une frise de lauriers dans laquelle est pris le nom du fondeur : G MOREL A LYON.

La cloche est équipée pour sonner à la volée en lancé franc. Le battant est récent. La particularité de cette cloche réside en son cœur : la bélière. Nous supposons que la bélière d’origine a cassé ce qui explique qu’elle ait été remplacée par une bélière neuve mais beaucoup trop large : elle fait quasiment la largeur du cerveau, ce qui fait que le battant se promène le long de l’axe et il en résulte qu’il ne frappe pas la cloche au même endroit. Cela explique la trace large de la zone de frappe.

Les dimensions de Marie Françoise sont les suivantes : Hauteur de la cloche : 97cm Diamètre intérieur à la base : 91cm diamètre extérieur à la base : 113cm épaisseur du bord à la zone de frappe : 7.3cm épaisseur du bord à la zone intacte : 7.6cm estimation du poids : 750 kg note : Fa . Elle présente quelques ébréchures à la pince mais n’est pas fêlée ni tournée.

 

Nous remarquons à ce stade que les cloches 1 et 2 sont de même hauteur, mais pas de même diamètre. Cela explique la différence de note et de poids. Cela s’explique entre autre par le fait que chaque fondeur possédait ses propres profils de cloches. C’est encore le cas de nos jours.

 

cl3-1La troisième cloche porte le nom de Jeanne Marcelline. Le nom du fondeur n’est pas mentionné. Elle date également de 1865 comme l’indique la 5° ligne d’écritures. Elle est équipée d’un joug en bois à ferrures plates. Le battant est en acier forgé avec une masse ajoutée, pour permettre une meilleure sonnerie en volée. La couronne à 6 anses n’est pas décorée. Au cerveau, une frise de feuilles d’acanthes puis une large frise de vigne sous laquelle 5 lignes d’écritures : 1- JE Mcl3-4 APPELLE JEANNE MARCELINE 2- J AI EU POUR PARRAIN Mr MARCELIN RIAUX MAIRE DE CHATENY (manque le O de chatenOy) 3- ET POUR MARRAINE MME JEANNE PHILIPPE Vve POINARD 4- CURE DE ST MARCEL Mr Jn ROBERT CHANOINE HONORAIRE 5- 1865.

Sous ces lignes, une large frise de volutes végétales, puis dans la partie basse de la robe, une croix de l’ordre des templiers sous laquelle est un buste Sacré Cœur. Au nord, un évêque sous lequel est inscrit : SANCTUS AGRICOLE ORA PRO NOBIS, au sud, Marie, les bras ouverts, une étoile au dessus de la tête et l’inscription : SANCTA MARIA ORA PRO NOBIS. A l’ouest, St Joseph tenant l’enfant Jésus dans les bras. Au bas de la robe, les 4 cl3-2évangélistes sont représentés par les 4 vivants. A la pince, une large frise de feuilles de chênes.

Jeanne Marcelline est équipée pour sonner à la volée par un moteur électrique. Le tintement est quand à lui assuré par un marteau à mouvement électromagnétique.

Ses dimensions sont les suivantes : Hauteur de la cloche : 85cm Diamètre intérieur à la base : 85cm diamètre extérieur à la base : 103cm épaisseur du bord à la zone de frappe : 6.8cm épaisseur du bord à la zone intacte : 7.3cm estimation du poids : 550 kg note : Sol . Elle ne présente aucune ébréchure.

 

cl4Passons maintenant à la quatrième et dernière cloche dont le nom n’est pas inscrit. Son fondeur est l’entreprise lyonnaise Monet et Cie. Son joug en bois tient la cloche par des ferrures plates. La couronne à 6 anses n’est pas décorée. Au cerveau, une frise de lauriers, puis 5 lignes d’écriture : 1-  TE NOSTRA VOX PRIMUM SONET HYMN MATUT 2- PARRAIN CHARLES BAUDOD 3- MARRAINE MME JEANNE TETUD EPOUSE DE LOUIS BAILLY 4- MARIA SIN LABE ORIGINALI CONCEPTA ORA PRO NOBIS 5- SANCTENISIDORE ORA PRO NOBIS. CURE MARCEL BIDAULT 1896. Sous ces inscriptions, une frise de vigne avec des raisins puis, à l’est, Marie (une étoile au dessus) ; à l’ouest, le Christ (une croix au dessus).cl3-3

Au bas de la robe, les 4 évangélistes représentés comme à l’accoutumé, par les 4 vivants puis le nom du fondeur : MONET ET Cie FONDEUR A LYON. 3 filets à la pince.

Ses dimensions sont les suivantes : Hauteur de la cloche : 73cm Diamètre intérieur à la base : 72cm diamètre extérieur à la base : 87cm épaisseur du bord à la zone de frappe : 6.1cm épaisseur du bord à la zone intacte : 6.4cm estimation du poids : 420 kg note : La# . Elle ne présente également aucune ébréchure.

 

 

Ces relevés effectués, nous savourons une volée du Plenum telle qu’il sonne pour les mariages (mais plus longtemps pour les mariages), puis nous redescendons. Nous remercions bien chaleureusement notre hôte le père Barberot.

 

Vidéo de la sonnerie : 

 

 

 

A noter : Ce n'est pas l'intégralité des rapports de visites qui est mise sur mon blog, mais bien un apperçu. Mes rapports sont gardés à titre d'archive et dans un but précis, et communiqués à la SFC et aux mairies et/ou paroisses qui m'ont fait la demande de visite.

Le but de ce blog est de sensibiliser le public à ce qui touche le clocher et les cloches. Il ne s'agit pas simplement d'objets servant à faire du bruit pour appeler les fidèles, mais ce sont des témoins de l'histoire à un moment précis et au cours du temps. Les cloches sont aussi de véritables instruments de musique.

Ce blog n'a pas vocation a inviter les personnes à monter dans les clochers de leur propre chef, ou bien en demandant aux institutions compétantes... L'accès aux clochers est généralement dangereux pour un non initié. 

Hébergé par Overblog