Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de l'Abbé Tof

Le blog de l'Abbé Tof

Les résultats des recherches campanographiques en Saône et Loire par l'Abbé Tof

Publié dans : #2 cloches

 

IMGP1264

Vidéo en bas de page

Nous sommes le 30 Décembre 2011, après avoir pris contact avec le Maire et un adjoint que nous connaissons, nous voici devant l’église de Jambles. En entrant par la petite porte latérale donnant au sud, nous nous trouvons dans une ambiance chaleureuse due à la présence de nombreuses boiseries. En effet, les sous-bassement de murs, le plafond, les bancs, la chaire sont en bois et en bon état. Quelques tableaux ont étés restaurés récemment, notamment celui représentant le chant du coq auprès de Saint Pierre. De nombreux vitraux figuratifs ornent les ouvertures de la nef. De toute cette église, la partie la plus ancienne se situe au niveau du chœur et des chapelles latérales. Notons la présence de sculptures aux quatre retombées des arêtes de la voûte de la chapelle au sud. La clé de voûte est elle aussi remarquable.

Avant de monter au clocher nous passons par la sacristie afin de se synchroniser avec l’horloge mère. Nous retrouvons également beaucoup de boiseries, un mobilier de sacristie magnifique et bien entretenu. Nous pouvons désormais nous diriger vers la porte qui mène au clocher.

 IMGP1301Nous gravissons un escalier de pierre, qui nous mène sur le grenier. Un passage dans le mur nous conduit à la base de la tour, d’ici nous empruntons une première échelle en aluminium qui nous élève au premier niveau du beffroi. A gauche nous pouvons apercevoir lesIMGP1298 restes de l’ancienne pièce abritant l’horloge mécanique aujourd’hui absente. La minuterie électrique qui pilote le cadran a remplacé cette ancienne horloge. Nous poursuivons notre ascension sur le beffroi à l’aide d’une seconde échelle en aluminium.

Nous voici à l’étage des cloches, bien en sécurité sur le plancher récemment remis à neuf IMGP1290ainsi que le beffroi. Nous entrons par la chambre de la plus grosse des deux cloches. Le beffroi est souple sur points d’appuis. Chaque face comporte trois baies équipées de grillage anti-volatile mais ne comporte pas d’abat-sons. Toute l’installation électrique estIMGP1268 neuve.

 

Nous pouvons commencer l’étude des cloches.

 cl1-5La première se situe dans la chambre orientée au nord. Elle s’appelle Françoise Philiberte et date de l’an 1835. C’est une cloche de volée en lancé franc et de tintement équipée d’un marteau électromagnétique. C’est elle qui sonne les heures et les demis. Son joug est droit en acier, la couronne à six anses est reliée à celui-ci par des ferrures rondes. Le battant en fer forgé est suspendu par un baudrier à chape métal-cuir à la bélièrecl1-4 d’origine. Au cerveau, nous trouvons quatre filets encadrant un bourrelet puis directement dessous, cinq lignes d’écritures :

 

 

1- L’an 1835, le conseil de fabrique et le conseil municipal m’ont choisi pour parrain Mr Philippe Verpiot

2- Roussot ainé Maire et pour marraine Mme Françoise Lardet née Lacroix. Je m’appelle Françoise Philiberte

3- 1000 livres je pèse celui qui ne me croira pas qu’il me repèse. J’ai été bénite par Mr Clude Joseph Ferdinand

4- Deliance, curé de Jambles et fondue sous l’administration de M .M Verpiot ainé Maire et françois Menant

5- adjoint. Payée moitié par la fabrique et moitié par la commune.

 

cl1-1Au-dessous, une frise de festons de fleurs avec des pots à feu. Au milieu de la robe, à l’est : la Vierge à l’enfant , à l’ouest ; le Christ sur la croix , au sud, un évêque. Sous les écussons la ligne du fondeur «  J.A BAUDOUIN FONDEUR. Sous la ligne du fondeur on trouvecl1-3 2 lignes vides, puis 1 filet et 1 bourrelet à la pince.

Les dimensions sont les suivantes (en cm ) ; hauteur à l’axe : 88 ; hauteur au cerveau : 78 ; tangente pince /cerveau : 80 ; diamètre intérieur : 78 ; diamètre extérieur : 96 ; les épaisseurs aux zones intacte – de frappe : 6.5 – 6. Elle sonne le La, elle est légèrement ébréchée à la pince, mais elle n’est pas fêlée. Nous évaluons son poids à 520 kg.

 

cl2-1Nous pouvons passer à la seconde cloche qui se trouve dans la chambre voisine. Louise Marie Thérèse date de l’an 1840. Sa volée est en lancé franc, mais l’essai que nous avons fait après l’analyse montre que le réglage de la volée n’est pas satisfaisant car elle ne sonne pas régulièrement. C’est elle qui sonne l’angélus. Elle est équipée d’un joug en bois massif et de ferrures rondes. Alors que son marteau de tintement électromagnétique frappe au nord, sur la pince, côté sud, l’on trouve une marque probablement due à l’ancien tintement. A l’intérieur, nous trouvons une zone de frappe très large indiquant un mouvement du battant en huit, ce qui est mauvais. Cet effet est résolu actuellement. Le battant forgé est relié à la bélière par une chape métal-cuir.

Au cerveau nous trouvons quatre filets entourant un bourrelet, une frise aux motifs floraux puis quatre lignes d’écritures :

1- J’appartiens à l’église de Jambles, je m’appelle Louise Marie Thérèse

2- parrain Mr Jean Baptiste Antoine Dolivot, PROpre à Givry, marraine Anne Rose Dolivot de Givry se bien aimée fille

3- bénite en 1840 par M de Burgat , vicaire général d’Autun, j’avais perdu ma voix, mon parrain me l’a retrouvée

4- Mr Deliance curé, Lardet Lacroix maire, Roux laurent adjoint

 

Ensuite, une frise de petits filets et une frise de festons de lauriers. Des gerbes de fleurs entourent la robe. A l’est : la Vierge à l’enfant . A l’ouest, le Christ en croix avec deux anges. Sous l’écusson, le nom du fondeur : BURDIN AINE FONDEUR A LYON . Au bas de la robe la phrase suivante :

 «  Mon Dieu protégez la France. Intercédez pour la France et les malheureux »

Enfin une série de filets et de bourrelets à la pince.

 Les dimensions sont les suivantes (en cm ) ; hauteur à l’axe : 81 ; hauteur au cerveau : 71 ; tangente pince /cerveau : 72 ; diamètre intérieur : 71 ; diamètre extérieur : 86.5 ; les épaisseurs aux zones intacte – de frappe : 6.2 – 5.6. Elle sonne le La #, elle est légèrement ébréchée à la pince, mais elle n’est pas fêlée. Elle a été tournée d’un quart de tour. Nous évaluons son poids à 400 kg.

 

Les mesures étant prises nous procédons à un essai de volée afin de réaliser une vidéo. Ceci étant fait, nous redescendons du clocher et remercions les personnes présentes qui nous ont permis de réaliser cette analyse.

 

 

 

A noter : Ce n'est pas l'intégralité des rapports de visites qui est mise sur mon blog, mais bien un apperçu. Mes rapports sont gardés à titre d'archive et dans un but précis, et communiqués à la SFC et aux mairies et/ou paroisses qui m'ont fait la demande de visite.

Le but de ce blog est de sensibiliser le public à ce qui touche le clocher et les cloches. Il ne s'agit pas simplement d'objets servant à faire du bruit pour appeler les fidèles, mais ce sont des témoins de l'histoire à un moment précis et au cours du temps. Les cloches sont aussi de véritables instruments de musique.

Ce blog n'a pas vocation a inviter les personnes à monter dans les clochers de leur propre chef, ou bien en demandant aux institutions compétantes... L'accès aux clochers est généralement dangereux pour un non initié. 

Hébergé par Overblog