Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de l'Abbé Tof

Le blog de l'Abbé Tof

Les résultats des recherches campanographiques en Saône et Loire par l'Abbé Tof

Publié dans : #2 cloches

Chatenay-sous-Dun 1804

Vidéo en bas de page

Nous sommes le 16 Août 2011 et notre virée campanaire se poursuit à l’église de Chatenay-sous-Dun. Il est 14h30, nous avons rendez-vous avec un habitant de la commune qui s’occupe de l’église. Après une présentation de notre association et une brève explication du but de notre visite nous suivons notreChatenay-sous-Dun 1825 guide à l’intérieur de l’église placée sous le patronat de Saint Joseph. Un petit passage par la sacristie afin de se synchroniser avec la pendule du tableau de commandes qui est un ancien modèle de chez Bodet.

 

L’accès au clocher se fait par l’intérieur de l’église, juste à côté de la grande porte. La porte d’accès fermée à clefs nous dévoile un escalier en pierres à paliers droits puis une échelle de meunier qui nous mène jusqu’à la base du clocher. On note la présence d’une grande lucarne qui offre sa large ouverture à une petite cloche qui apparemment n’est pas sonnée. Elle était sonnée auparavant à la main pour les baptêmes nous dit-on. Le clocher se compose de deux baies par côtés, les abat-sons sont suffisamment étroits pour se dispenser de grillage anti-volatiles. La particularité de la flèche est la présence de fenêtre en chien-assis sur le toit. A partir de ce palier, nous trouvons une dernière échelle droite en bois qui nous mène jusqu’au plancher du beffroi.

 

Nous devrions plutôt dire « des beffrois » car en effet nous sommes en présence de deux beffrois juxtaposés, chacun supportant une cloche. Ils sont souples sur points d’appuis, disposant chacun d’un seul étage. Les poutres sont en chêne et massives vu la taille des cloches présentes ici.  L’endroit est relativement propre, nous avons de la place pour évoluer, nous commençons donc nos relevés.

 

Chatenay-sous-Dun 1806La première cloche se situe dans la première chambre ( celle par la laquelle nous accédons au beffroi ), orientée au sud. C’est une cloche de volée en mode rétro-grade, c’est à dire qu’elle dispose d’un joug cintré et d’un contrepoids sur le battant ( Une soudure de renfort a été faite sur la boule de frappe). Ce système consiste au fait que le battant frappe la pince en bas lorsque la cloche est en position horizontale. Ce principe est mis en place dans certaines églises afin de réduire l’effet de force infligé aux poutres du beffroi.

C’est aussi une cloche de tintements car elle sonne les heures et demi-heures à l’aide d’un marteau de tintement électromécaniqueChatenay-sous-Dun 1812 placé en extérieur. Le joug est donc un joug cintré en acier soudé avec des cales en bois au dessus et au dessous. Les ferrures sont en fer forgé rondes et emprisonnent des petits morceaux de lattes pour caler les ferrures. Nous avons estimés son poids à 370 kg. La couronne se compose de 6 anses décorées, la bélière est une sorte de grand U avec un axe qui tient le battant. Dans la partie supérieure du U se trouveChatenay-sous-Dun 1808 le fameux contrepoids du battant dont on vous a parlé. Elle sonne un Sol #, est ébréchée à la pince mais n’est pas fêlée et n’a pas été tournée.

 

La couronne est décorées de feuilles de chêne, une frise de feuilles d’acanthe surplombe les 9 lignes d’écritures :

Chatenay-sous-Dun 18131 – JE M APPELLE MARIE CLAUDIA

2- FONDUE EN 1923 ET PAYEE 4000 FRANCS

3- PRODUIT D UNE GENEREUSE SOUSCRIPTION

4- DE TOUS LES PAROISSIENS DE CHATENAY S.D.

5- BAPTISEE PAR Mr TULOUP VICAIRE GENERAL D AUTUN

6- Mr PHILIBERT GILLET ETANT CURE

7- ET M r JACQUES DUFOUX MAIRE

8- J AI EU POUR PARRAIN CLAUDIUS LAROCHE

9- ET POUR MARRAINE MARIE LAROCHE EPOUSE D ANTOINE JOLIVET

Chatenay-sous-Dun 1811à l’est on trouve un écusson du Christ en Croix et à l’ouest la Sainte Vierge. La ligne du fondeur se trouve au bas de la robe comme à l’accoutumée et est inscrite : PAUL CHAMBON FONDEUR A CHALETTE LOIRET, et enfin on trouve une frise de perles et une frise de vigne à la pince.

 

Ses dimensions sont les suivantes ( en cm ) : hauteur à l’axe : 50 ; hauteur au cerveau : 71 ; tangente pince cerveau : 73 ; oblique bélière/ frappe : 67 ; diamètre intérieur / extérieur : 70 / 85 ; épaisseur à la zone de frappe / à la zone intacte : 4.3 / 5.4.

 

Chatenay-sous-Dun 1817Passons maintenant à la seconde cloche placée en chambre 2 orientée au Nord et pesant 280 kg. Ici nous en sommes en présence d’une cloche de volée en lancé franc et de tintement à l’aide d’un marteau électromécanique. Elle sonne l’Angélus en Do. Le joug est droit en acier soudé, la cloche y est reliée par des ferrures en fer rond. La couronnée est composée d’anses simples, la bélière d’origine retient le battant en boule soudée avec un baudrier en chape métal / cuir. Notons en passant la présence d’un morceau de ceinture cuir logé entre le battant et la bélière en guise de cale. La cloche ne présente que quelques ébréchures mais aucunes fêlures et elle n’a pas été tournée.

 

La couronne est composée de 6 anses simples, une frise deChatenay-sous-Dun 1821 feuilles d’acanthe se trouve au cerveau au dessus des 7 lignes d’écritures commençant par une croix :

1 – + L AN DE NOTRE N S JESUS CHRIST MIL NEUF CENT VINGT DEUX

2- SOUS LE MINISTERE DE MONSIEUR GILLET CURE

3- LA CLOCHE DE CHATENAY SOUS DUN A ETE REFONDUE

4- GRACE A LA BIENVEILLANTE ADMINISTRATION

5- DE MONSIEUR JACQUES DUFOUX MAIRE ET DU CONSEIL MUNICIPAL

6- LE PARRAIN A ETE CLAUDE LAVENIR ADJOINT

7- ET LA MARRAINE JOSEPHINE JOLIVET EPOUSE D AUGUSTIN DUFOUX

Nous retrouvons comme l’autre cloche le Christ en Croix à l’est et la Sainte Vierge à l’ouest. La ligne Chatenay-sous-Dun 1822du même fondeur se trouve au bas de la robe : PAUL CHAMBON FONDEUR A CHALETTE LOIRET, et enfin une frise de perles et une frise de vigne à la pince.

 

Ses dimensions sont les suivantes ( en cm ) : hauteur à l’axe : 71 ;hauteur au cerveau : 54 ; tangente pince/cerveau : 63 ; oblique bélière/frappe : 65 ; diamètre intérieur / extérieur : 61 / 75 ; épaisseur à la zone de frappe / en zone intacte : 4.2 / 5.2 .

 

Ces relevés campanographiques réalisés nous assistons à une démonstration de volée des deux cloches. Suite à cela il est temps pour nous de poursuivre notre virée, nous quittons les lieux en remerciant notre hôte pour sa disponibilité et son accueil.

 

 

A noter : Ce n'est pas l'intégralité des rapports de visites qui est mise sur mon blog, mais bien un apperçu. Mes rapports sont gardés à titre d'archive et dans un but précis, et communiqués à la SFC et aux mairies et/ou paroisses qui m'ont fait la demande de visite.

Le but de ce blog est de sensibiliser le public à ce qui touche le clocher et les cloches. Il ne s'agit pas simplement d'objets servant à faire du bruit pour appeler les fidèles, mais ce sont des témoins de l'histoire à un moment précis et au cours du temps. Les cloches sont aussi de véritables instruments de musique.

Ce blog n'a pas vocation a inviter les personnes à monter dans les clochers de leur propre chef, ou bien en demandant aux institutions compétantes... L'accès aux clochers est généralement dangereux pour un non initié. 

Hébergé par Overblog