Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de l'Abbé Tof

Le blog de l'Abbé Tof

Les résultats des recherches campanographiques en Saône et Loire par l'Abbé Tof

Publié dans : #lexique

Beaucoup m'ont demandé d'expliquer les termes et expressions que j'emploie dans mes relevés.

C'est donc ce que veut faire cette fiche.

J'espère qu'elle sera claire.

Si vous aviez encore des questions, sur la compréhension et pour améliorer cette page, n'hésitez pas à me le faire savoir.

 

Tout d'abord, concernant les noms des différentes parties de la cloche :

Coupe d'une cloche et infos-1

 

Ensuite, concernant les mesures que nous prenons :

Coupe d'une cloche et infos-2 

Concernant les jougs, il en existe diférents types, pour différents modes de sonneries.

Avec l'explication des jougs, voici une brève explication sur les sonneries de cloches.

Nous distinguons principalement 2 familles : La volée et le tintement

La volée consiste à faire balancer la cloche de façon à ce que le battant vienne la frapper sur le bord intérieur soit en partie haute, soit en partie basse.

Le tintement consiste à frapper sur la cloche par le batant intérieur ou un marteau extérieur mais sans la mettre en mouvement.

 

Intéressons-nous aux types de volées. Dans cette famille, il existe dans notre région (Bourgogne) 5 types de volées. Dans d'autres régions, et en particulier dans le Sud, nous en rencontrons un 6ième et à l'étranger, en Italie et en Angleterre, 2 suplémentaires que j'évoque plus loin.

 

Concrètement : cloche-2-a.jpg les dessins ci-dessous sont de moi donc veuillez excuser leur aspect rudimentaire ;-)

droitLe joug droit en bois massif est celui que l'on rencontre le plus souvent. Il est malheureusement parfois remplacé par le moins esthétique joug droit en acier pour des raisons d'économies de budget, comme le montre la photo ci-contre de la seconde cloche de l'église de Meursault. De façon générale, ce type de joug offre la possibilité de sonner la cloche en lancé-franc. Cette sonnerie est la plus répandue et la plus appréciée des connaisseurs car elle permet de développer toute la richesse acoustique de l'instrument ainsi que sa puissance sonnore. A ce sujet, je vous invite à regarder la vidéo de l'éplication des différentes partielles composant la note d'une cloche sur la page de la cathédrale d'Autun, la seconde vidéo.

 

lance francLe Lancé-Franc est donc la sonnerie qui permet à la cloche de se balancer sans qu'aucun contrepoids ni dans le battant, ni dans le joug, vienne entraver la vitesse de sa course. L'axe de basculement de la cloche (matérialisé par les pointillés) se situe au dessus de la couronne. Le dessus de cette dernière est en réalité légèrement encastrée dans le joug pour permettre une meilleur solidarité entre ces deux pièces. La cloche se balance de tout son poids et le battant prend l'élan necessaire pour venir frapper le bord intérieur le plus élevé de la cloche.

Un mot qui me semble important sur les battants. Qu'ils soient forgés, matricé, à boule soudée, avec ou sans masse d'équilibrage, ils ont tous un poids étudié et une répartition des masses précise. Il peut atteindre des poids extraordinaires sur des grands bourdons. C'est le cas par exemple du battant de la Petersglocke de la cathédrale de Cologne, qui est la plus grose cloche sonnant en lancé franc au monde. Elle pèse 24 tonnes, sans ses accéssoires. Son battant pèse 800kg. Pour éviter à la cloche d'un tel poids (mais c'est aussi valable sur des cloches bien plus modestes que l'on rencontre dans nos clochers) d'avoir un angle de volée trop important et donc pour éviter que trop de forces ne soient déployées dans le beffroi, sous la boule de frappe, la chasse a été allongée et alourdie pour faire descendre le centre de gravité du battant. Ainsi il a plus de facilité à prendre de l'élan. La chasse de la Petersglocke pèse donc 300kg (source : revue "Patrimoine Campanaire" n° 68 de la Société Française de Campanologie). Nous n'avons cependant pas à être jaloux de cette cloche germanique. La France compte elle aussi quelques beaux bourdons...

D'une cloche à une autre, la forme et la composition du battant peut varier légèrement, mais en général, nous l'expliquons dans nos rapports.2b.jpg

Continuons donc notre tour d'horizon des jougs et des types de volées pour préciser d'abord que dans la classe du lancé-franc, il existe aussi le super-lancé. Il s'agit, avec un joug droit en boi ou en acier, de décaler la cloche bien plus bas que l'axe de basculement par une cale ou une adaptation du joug. C'est ce que nous voyons sur le joug de la petite cloche de l'église de Marmagne. Ce procédé est souvent utilisé lorce que les poids des cloches sont trop différents. La vitesse de basculement d'une grosse cloche est plus lent que celle d'une plus petite, équiper les petites cloches de ce procédé permet d'allonger  la durée de leurs courses et de rattraper le rythme de la plus grosse.

 

Nous avons vu que le lancé-franc n'utilise aucun contrepoids. La cloche se balance de tout son poids et la force d'inertie déployée dans le beffroi est importante (on considère que la force d'une cloche en mouvement, déployé dans le beffroi est d'environ 3x son poids - les termes physiques ne sont certainement pas adaptés mais vous saisissez l'esprit...-). Les jougs que nous allons voir maintenant ont été créés pour éviter qu'une telle force se répande dans le beffroi.

  clayette 1a

droit contrepoidsLe joug droit avec masse d'équilibrage. Comme le précédent, il peut être en bois (comme mon dessin) mais il peut aussi être en acier, avec une masse ajoutée au dessus (comme le joug de la grosse cloche de l'église de La Clayette ci-contre). Le joug que j'ai dessiné peut aussi faire penser à ceux qui servent dans le sud de la France et en Espagne, pour les volées tournante, mais j'y reviendrais brièvement à la fin. Ce joug, dans notre région, permet la volée dite en Rétro-Grade avec contrepoids dans le joug. L'enjeu est de freiner la vitesse de la volée par un contrepoids dans le joug.

retro grade contrepoids

Le rythme de la volée étant plus lent, le battant ne prend pas suffisement d'élan pour monter jusqu'au bord supérieur. Il frappe donc la cloche au bord inférieur.

 

Nous passons maintenant à un type de joug différent.retro grade

leger cintréLe joug légèrement cintré. Il est quasiment toujours en acier. Il est à mi-chemin entre le joug droit et le joug cintré que nous étudirons après. Ce joug permet la sonnerie en Rétro-Grade. Le principe est le même qu'avec une masse d'équilibrage ajoutée au joug sauf qu'ici, l'équilibrage se fait par contrepoids naturel : c'est la partie de la cloche qui se situe au dessus de l'axe de basculement (en général, le cerveau et la couronne) qui fait contrepoids. Le rythme est ralenti, le battant frappe dans la partie basse de la cloche.

 

cintré 

 Le joug cintré. Comme le précédent, il permet à la sonnerie d'avoir un contrepoids naturel qui est composé de toute la partie de la cloche qui est au dessus de l'axe. Ce contrepoids, en fonction du cintrage, peut être très important. Il reste cependant inférieur à la moitié du poids de la cloche. retro mitige copie

Ce joug permet de réduire vraiment considérablement les efforts de la volée sur le beffroi. La volée ainsi exécutée est semblable au rétro-grade, mais on l'appellera le Rétro-Mitigé. L'axe de basculement se situe bien plus bas dans la cloche. L'axe de basculement du battant est lui aussi descendu, normalement plus bas que l'axe de basculement de la cloche. Le fût du battant est bien plus court que sur les autres installations. Lors de la volée, la cloche effectue un mouvement assez lent et pas très prononcé. Le battant quand à lui, ne bouge presque pas.

 

retro lanceLe joug cintré permet aussi la sonnerie en Rétro-Lancé. Il s'agit dans ce cas d'équiper le battant d'un contrepoids situé juste au dessus de son axe de basculement. De cette façon, même si le mouvement de la cloche est lent, le battant trouve l'élan, grâce au contrepoids, pour aller frapper la cloche dans sa partie haute. Néanmoins, ce procédé ne saurait remplacer le lancé-franc.

 

 

 

       Il existe bien sûr d'autres manières de sonner les cloches à la volée. Pour cela, je vous renvoie à la page consacrée que j'ai composé, sur le site de la Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun en cliquant simplement ici . Vous trouverez sur cette page la sonnerie en volée tournante de la cathédrale de Madrid et présente aussi dans le sud de la France; la sonnerie dite du "Piqué" que l'on trouve essentiellement en Italie; et la toujours impressionnante sonnerie du Change Ringing qui sonne outre-Manche et dans un certain nombre de pays anglo-saxons. 

 

Cloche tournée

Dans la pluspart de nos rapports, nous faisons état de la situation de la cloche, à savoir si elle a été tourné d'1/4 de tour ou non. Quand l'usure de la cloche au point d'impact du battant à l'anneau de frappe devient trop important ou que là où le battant frappe une fissure apparaît ou bien qu'un morceau de la cloche est parti (vu parfois les morceaux de cloches manquants, on ne peut pas parler d'ébréchure, mais de morceau manquant), pour éviter que la cloche ne se fêle ou se casse complètement, l'on peut lui faire faire 1/4 ou 1/8° de tour sur elle même, pour changer le point d'impact du battant.

Voyez plutôt ce qui est arrivé à la cloche de Dezize les Maranges :

  La photo n'a hélas pas été prise pour cette démonstration...cloche tournée

Autrefois, cette cloche sonnait selon un axe qui suivait la flèche jaune. Avec le temps, la baudrier du battant s'est usé, ce qui a abaissé le battant qui est venu frapper la cloche un peu trop bas, on le voit sur le cercle de droite. Cette mauvaise zone de frappe a cassé un morceau de la cloche (cercle de gauche). Pour éviter que les dommages se répandent, on a tourné la cloche d'1/4 de tour. L'axe de volée suit maintenant la flèche noire (flèche cassée car la photo est prise de biais, mais naturellement, l'axe est droit).

 

 

A noter : Ce n'est pas l'intégralité des rapports de visites qui est mise sur mon blog, mais bien un apperçu. Mes rapports sont gardés à titre d'archive et dans un but précis, et communiqués à la SFC et aux mairies et/ou paroisses qui m'ont fait la demande de visite.

Le but de ce blog est de sensibiliser le public à ce qui touche le clocher et les cloches. Il ne s'agit pas simplement d'objets servant à faire du bruit pour appeler les fidèles, mais ce sont des témoins de l'histoire à un moment précis et au cours du temps. Les cloches sont aussi de véritables instruments de musique.

Ce blog n'a pas vocation a inviter les personnes à monter dans les clochers de leur propre chef, ou bien en demandant aux institutions compétantes... L'accès aux clochers est généralement dangereux pour un non initié. 

Hébergé par Overblog