Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de l'Abbé Tof

Le blog de l'Abbé Tof

Les résultats des recherches campanographiques en Saône et Loire par l'Abbé Tof

Publié dans : #4 cloches, #cloche ancienne

générale

            Dimanche 25 juillet 2010, nous arrivons devant la grande et non moins célèbre abbatial de Tournus, dédiée à St Philibert. On note une présence monastique sur les bords de Saône depuis au moins 836, date à laquelle les reliques de St Philibert furent apportées pour la première fois. Mais ce n’est qu’au 12° siècle que l’on va construire l’église abbatiale que l’on connaît aujourd’hui.

 

            Deux tours clocher coiffent cette église. L’une en façade, qui contient les cloches, l’autre, plus grosse se situe à la croisée du transept. Elle ne renferme plus de cloches. A l’origine, il devait y avoir deux tours en façade, mais les moyens financiers on manqué.

           orgue Pour monter dans le clocher en façade, il faut passer par la chapelle St Michel. derrière l'orgueElle se situe derrière l’orgue. Depuis cette chapelle, l’on peut voir une partie de l’ancienne soufflerie à soufflets de l’orgue et des fenêtres donnent sur la nef de l’abbaye. Au dessus de l’ancienne soufflerie, une échelle en acier mène aux combles et au gros clocher, mais nous n’y sommes pas allés. L’escalier à emprunter maintenant se situe sur la gauche de la chapelle. Un magnifique escalier ajouré en bois à six paliers nous porte au niveau de la terrasse qui se trouve juste derrière les mâchicoulis que l’on voit de l’extérieur. A ce niveau, la pièce de l’ancienne horloge mécanique est fermée à clés. Nous empruntons un escalier en bois qui nous mène jusque dans le beffroi.

            Il y a quatre cloches réparties dans deux chambres de la façon suivante : dans la chambre 1 (par laquelle nous entrons) la cloche 2 puis à l’étage (sans plancher) la cloche 3 et dans la chambre 2, la cloche 1 puis au dessus (sans plancher) la cloche 4. Entre les deux chambres, un espace d’environ 80cm permet de monter au niveau des 2 cloches qui se trouvent au dessus des 2 grosses au moyen d’échelles en plus ou moins bon état. Cette description sommaire donne l’idée d’un beffroi massif et imposant. Il est propre malgré les restes des anciens systèmes de sonneries : vieux moteurs, roues de volée en bois… mais il est en bon état. Commençons l’étude des cloches.

 

           cloche 1 La cloche 1 ne porte pas la mention de son nom. Elle date de 1803. Ces 6 anses ne sont pas décorées. Au niveau du cerveau, 3 filets puis une frise de feuilles d’acanthes. Nous trouvons 2 lignes d’écritures qui commencent à l’Est. Ligne 1 : Domine Post Tribulationem exultationem infondis sit nomen tuum benedictum in saecula Etienne Parent  Ligne 2 : donateur et parain Anne Genevieve Narboud nee Tonnel marraine de la commune de Tournus l’an 1803. SI l’on se réfère à certaines traditions, on peut supposer que la cloche ait pris le nom de sa marraine : Anne Geneviève, mais ce n’est qu’une supposition. Sous ce texte, une large frise de festons puis 4 représentations :cloche 1-1 au Sud St Nicolas représenté en train de ressusciter les 3 enfants du saloir, à l’Est la Vierge à l’Enfant, au Nord, la signature du fondeur : Frerejean Lyon et à l’Ouest un Calvaire. Sous ces inscriptions, 3 gros filets séparés par 2 filets plus petits. Enfin, 3 filets à la pince. Les mesures de cette cloche sont les suivantes : hauteur à l’axe : 113cm, hauteur au cerveau : 99cm, diamètre extérieur : 124cm, épaisseur du bord à la zone intacte : 8,5cm, à la zone de frappe : 8cm. Poids estimé : 900 kg. Note Ré. Elle n’est pas fêlée et n’a pas été tournée. Elle présente quelques ébréchures à la pince. Elle est équipée d’un joug droit en acier, d’une roue de volée pour le lancé franc, d’un système de tintement électromagnétique et le battant est neuf, signé Bodet.

 

          cloche 2  La cloche 2 va nous surprendre car il s’agit d’une cloche bretonne. Elle a été fondue par M. Grippon, à Brest en 1925. Accrochée au joug en bois massif, la couronne à 6 anses décorées de feuilles. Au cerveau, une frise au motif floral puis une frise de perles entre 2 gros filets et enfin une frise de décore floral suspendu. Au Nord, une croix celte puis 5 lignes d’écritures donc 4 en latin : Ligne 1 : Paroisse de Saint Philibert Tournus Ligne 2 : Valeriana in honorem beati Martyris Ligne 3 : Trenorgiensis vocata a R.R D° Hyacintho Chassagnon Ligne 4 : Episcopo Augustodunes benedicta anno MCMXXV Ligne 5 : Die mensis Augusti XVI . Au Sud sous le texte, une grande représentation du calvaire avec aux pieds de la croix, Marie et Jean agenouillés. Le calvaire repose sur  une frise supportée par un angelot. Cette frise fait toute le tour de la cloche : un cordon entremêlé de fleurs. cloche 2-2En dessous, 4 croix pattées aux 4 points cardinaux, puis nous trouvons une frise au décor floral et 4 filets. Au bas de la cloche, deux larges frises : la première faite de palmes, la seconde, en bas, faite de festons. Entre ces deux frises, le cartouche du fondeur : Fonderie M. Grippon, Brest – Finistère. Les mesures sont les suivantes : hauteur à l’axe : 113cm, hauteur au cerveau : 91cm, diamètre extérieur : 113cm, épaisseur du bord à la zone intacte: 8cm. Poids estimé : 710 kg. Note Mi. Ebréchée à la pince et jamais tournée, elle n’est pas fêlée. Elle est équipée du système classique de volée en lancé franc. Son tintement mécanique est récent. Au moment de notre visite, la volée de cette cloche ne fonctionnait pas.

 

            Ces deux cloches se situent dans les deux chambres au premier niveau. Leurs jougs sont à peu près à 3 mètres du plancher. Les deux cloches qui suivent se trouvent tout en haut du beffroi, à environ 6 mètres du plancher. Autant dire qu’il a fallu escalader !... heureusement, nous sommes assurés.

            cloche 3La troisième cloche se situe donc dans la première chambre, au second niveau. Son joug est en bois. Pour elle aussi, nous n’avons pas trouvé de mention du nom. Quand à la date, nous y reviendrons dans un instant. La couronne à 6 anses est ornée d’un filet en forme de cordelette allant de haut en bas, au milieu de chaque anse. Au cerveau, nous notons la présence de bavures faites au moment de la coulée et qui n’ont pas été enlevées. 3 filets sous le cerveau, puis une frise de feuilles avant les deux lignes d’écritures. Tout le texte est en majuscules. Ligne 1 : ANDREA AB ILLUSTRE ET REVEREND DD LUDOVICO HENRICO DE ROCHEFORT DALLY EPISCOPO Ligne 2 : STUDIO M/R/ PHILIBERTI CHAPUYS ARCHIPRESBYTERI HUIUS ECCLESIAE RECTORIS ET D CLAUDII RIVAUD AEDILUI . cloche 3-1Comme je le notais plus haut, il n’y a pas de date à cette cloche. Pour autant, nous pouvons déduire la période à laquelle elle a été coulée et a rejoint St Philibert. En effet, à la ligne 1 il est fait mention d’un évêque : Ludovic-Henri de Rochefort d’Ally. Après recherches, cet évêque fût en titre du diocèse du Chalon sur Saône de 1755 à 1772, ce qui laisse une fourchette de 17 ans mais c’est mieux que rien. Sous les lignes, 2 filets puis 3 représentations : au Sud le Calvaire, à l’Ouest le Bon Pasteur et au Nord, la vierge à l’enfant. Le nom du fondeur est écrit au pied du calvaire, à droite : DUCRAY  FECIT. En dessous, un gros filet encadré par deux petits, puis 3 filets à la pince. La cloche présente des ébréchures à la pince, qui sont polies par le temps. Elle n’est ni tournée, ni fêlée. Ses dimensions sont les suivantes : hauteur à l’axe : 95cm, hauteur au cerveau : 78cm, diamètre extérieur : 97cm, épaisseur du bord à la zone intacte : 6,6cm, à la zone de frappe : 6cm. Poids estimé : 560 kg. Note Sol. Elle est équipée d’un tintement électromécanique et du système nécessaire pour la volée en lancé franc (par roue).

 

           cloche 4 La quatrième et dernière cloche vient elle aussi de la fonderie M. Grippon de Brest (29). Elle ne porte pas de nom non plus mais cette fois-ci la date est connue : 1925, tout comme sa grande sœur (la seconde cloche) et bénites le même jour. Son joug est droit, en métal. La couronne à 6 anses est décorée sur chaque anse par une feuille de palme vraisemblablement qui remonte vers le haut et un buste d’angelot à mi-hauteur de l’anse. Trois frises se partagent le cerveau, toutes colées l’unes à l’autre. Une frise de feuilles d’acanthes, puis une frise d’entremêlement de feuilles et de fleures (on dirait des marguerites) puis une frise aux motifs architecturaux. Sous ces frises, deux fleurs de lys de part et d’autre de la cloche (Est et Ouest). Au Nord, un Calvaire et au Sud, 4 étoiles entourent un buste de la Vierge de profile. Au Nord, sous la croix, 1 ligne d’écritures : Paroisse Saint Philibert Tournus. Tandis qu’au Sud, 4 lignes d’écritures : Ligne 1 : Maria in honorem priscae Patronae H vivis Ligne 2 : Egglesiae vocata a. RR°D° Hyacintho Chassagnon Ligne 3 : Episg. Augustod Benedicta sum anno MCMXXV Die Mensis Ligne 4 : Augusti XVI. cloche 4-1Au bas de la robe, 2 filets entre lesquels est écrit au Sud, Fonderie M. Gripon. Brest. Finistere . Dans l’espace non pris par la signature du fondeur, 8 petites croix se partagent le tour de la cloche. Cette cloche est équipé d’un moteur de tintement électromécanique puis d’un moteur et d’une roue de volée pour le lancé franc. Ses dimensions sont les suivantes : hauteur à l’axe : 81cm, hauteur au cerveau : 71cm, diamètre extérieur : 85cm, épaisseur du bord à la zone intacte : 6,5cm, à la zone de frappe : 5,8cm. Poids estimé : 380 kg. Note La#.

 

            Après ces relevés, avec l’autorisation de Mr le curé que nous remercions, nous procédons à la volée du plenum. Malheureusement, la cloche 2 ne fonctionnait pas au moment de la sonnerie. En outre, les cloches tintent tous les quarts d’heure selon une mélodie prédéfinie sur les 4 cloches puis sonne les heures sur la cloche 1.

 

            Merci à la paroisse de nous avoir rendu l’accès au clocher possible et merci à Mr Jacques Picard de nous y avoir accompagnés.

 

Sonnerie de l'heure :

 

 

Sonnerie des cloches 1-3-4.

 

A noter : Ce n'est pas l'intégralité des rapports de visites qui est mise sur mon blog, mais bien un apperçu. Mes rapports sont gardés à titre d'archive et dans un but précis, et communiqués à la SFC et aux mairies et/ou paroisses qui m'ont fait la demande de visite.

Le but de ce blog est de sensibiliser le public à ce qui touche le clocher et les cloches. Il ne s'agit pas simplement d'objets servant à faire du bruit pour appeler les fidèles, mais ce sont des témoins de l'histoire à un moment précis et au cours du temps. Les cloches sont aussi de véritables instruments de musique.

Ce blog n'a pas vocation a inviter les personnes à monter dans les clochers de leur propre chef, ou bien en demandant aux institutions compétantes... L'accès aux clochers est généralement dangereux pour un non initié. 

Hébergé par Overblog