Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de l'Abbé Tof

Le blog de l'Abbé Tof

Les résultats des recherches campanographiques en Saône et Loire par l'Abbé Tof

Publié dans : #3 cloches, #acier

 

Vidéo en bas de page

 

         L’église Saint Laurent, comme les autres églises du Creusot, a été construite au 19ième siècle par la famille Schneider qui possédait l’entreprise industrielle. La ville actuelle n’existait pas avant cette époque. Le Creusot était un lieu-dit où l’on pouvait trouver une ferme. Tout a été créé avec, pour et autour de l’usine.

         L’église Saint Laurent se trouve place de la Verrerie, juste à côté du parc et du château du même nom.

         Le clocher est en façade, au dessus du porche, orienté au Nord. Il commence par une tour carrée puis, au niveau des cloches, devient octogonal. Néanmoins, il n’a que 4 ouvertures, aux 4 points cardinaux.

         On accède au clocher par un escalier en pierre (fermé à clef) qui nous mène d’abord à la tribune de l’orgue. En continuant notre ascension, nous arrivons à un niveau intermédiaire. C’est l’étage des horloges. Les cadrans sont pilotés par l’horloge mère à la sacristie. Chaque cadran est autonome. Pour monter à l’étage des cloches il faut maintenant emprunter une grande échelle en acier. Le passage est étroit car juste au dessus de l’étage des horloges il y a un local technique abritant les systèmes des relais de téléphones (3 relais) placés dans le beffroi et il prend toute la place. Nous arrivons à nouveau à un étage intermédiaire puis une échelle nous mène dans le beffroi. Il s’agit d’un beffroi fait de bois et d’acier, complètement pris dans la maçonnerie, aussi bien à sa base qu’à son extrémité supérieure. Il y a deux niveaux pour trois cloches. Au niveau 1, chambre 1, à l’Ouest, par laquelle nous entrons, nous trouvons la petite cloche. Dans la seconde chambre, à l’Est, nous trouvons le deuxième cloche. Au deuxième niveau, à cheval sur les deux chambres inférieures, se trouve la grosse cloche. Le beffroi est en bon état, propre et, comme je l’évoquais, il abrite 3 antennes relais des télécommunications.

 

         Les cloches sont toutes les trois en acier, ce qui n’est pas banal dans la région. La densité de l’acier étant différente de celle du bronze, la comparaison entre des cloches en acier et des cloches en bronze de mêmes dimensions révèle que les cloches en acier sont plus légères que les cloches en bronze. Les 3 cloches sont tout à fait semblables au niveau du décor qui est extrêmement simple et ne portent pas de nom. La couronne composée de 4 anses. Au cerveau (la partie supérieure de la cloche), une inscription prise dans deux filets, un en haut et un en bas. L’inscription, identique pour les trois cloches, mentionne le nom du fondeur : ACIERIES D’UNIEUX JACOB HOLTZER & CIE 1861 . Cela nous permet donc de dater les 3 cloches à l’an 1861. Vers le milieu de la cloche, une croix de tailles différente à chacune des cloches, puis, au dessus de la pince, trois filets non décorés.

         Les cloches sont rouillées et piquetées. A certains endroits les piquetages sont assez profonds et les inscription peu lisibles.

 

         Les dimensions des cloches sont les suivantes (en cm).

         La grande cloche : hauteur au cerveau : 98, à l’axe : 120. Diamètre intérieur : 105, extérieur : 125,5. Epaisseur du bord à la zone intacte : 7,5, à la zone de frappe : 7. Estimation du poids : 1315kg. Hauteur de la croix d’ornementation :25.

 

         La moyenne cloche : hauteur au cerveau : 83, à l’axe : 100. Diamètre intérieur : 91, extérieur : 105. Epaisseur du bord à la zone intacte : 6,5, à la zone de frappe : 6,8. Estimation du poids : 780kg. Hauteur de la croix d’ornementation :20.


         La petite cloche : hauteur au cerveau : 67, à l’axe : 87. Diamètre intérieur : 71, extérieur : 84. Epaisseur du bord à la zone intacte : 5,3, à la zone de frappe : 5. Estimation du poids : 420kg. Hauteur de la croix d’ornementation :12. Nous pouvons noter l'originalité du battant qui possède une surcouche de métal au niveau de la frappe. 
 

         Chaque cloche est équipée d’un moteur de volée et d’un joug droit en acier. En outre, la moyenne cloche est équipé d’un tintement électromagnétique, tandis que les deux autres d’un tintement électromécanique. A côté de la grosse cloche, il reste l’ancien marteau de tintement qui était lié à une horloge mécanique et un clavier.

         Les deux plus petites cloches carillonnent chaque ¼ d’heure et la grosse tinte l’heure.

 

Vidéo du Plenum

 

A noter : Ce n'est pas l'intégralité des rapports de visites qui est mise sur mon blog, mais bien un apperçu. Mes rapports sont gardés à titre d'archive et dans un but précis, et communiqués à la SFC et aux mairies et/ou paroisses qui m'ont fait la demande de visite.

Le but de ce blog est de sensibiliser le public à ce qui touche le clocher et les cloches. Il ne s'agit pas simplement d'objets servant à faire du bruit pour appeler les fidèles, mais ce sont des témoins de l'histoire à un moment précis et au cours du temps. Les cloches sont aussi de véritables instruments de musique.

Ce blog n'a pas vocation a inviter les personnes à monter dans les clochers de leur propre chef, ou bien en demandant aux institutions compétantes... L'accès aux clochers est généralement dangereux pour un non initié. 

Hébergé par Overblog