Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de l'Abbé Tof

Le blog de l'Abbé Tof

Les résultats des recherches campanographiques en Saône et Loire par l'Abbé Tof

Publié par l'Abbé Tof

Cette chapelle était à l’origine l’église du bourg qui dominait la vallée. Construite au XIIième siècle elle durera jusqu’au XIXième siècle où la population s’étant déplacée massivement tout près de la mine dans la vallée du Sornin, une nouvelle église est construite. L’église du vieux bourg devient chapelle. La nef est démolie. Il ne reste aujourd’hui que le clocher et l’abside.

 

Vidéo en bas de page

La Chapelle sous Dun : ChapelleLa Chapelle sous Dun : Chapelle

L'accès à l'intérieur du clocher se fait via une ouverture dans la façade, au dessus de la porte. Elle donne accès directement à la base du beffroi qui est une construction vraiment atypique. Les poutres ne sont pas, en effet disposées comme partout ailleurs. Voyez les photos.

La Chapelle sous Dun : Chapelle
La Chapelle sous Dun : Chapelle

La cloche de 150 kg sonne en Sol 4. La corde de tirage retombe à l'intérieur de la chapelle.

Elle est l'oeuvre du fondeur Pierre Decharme, ainsi que l'indique l'inscription au bas de la robe.

Le texte en haut de la robe dit ceci : SANCTA MARIA ORA PRO NOBIS  1     8     2     1   FRANCOIS GEOFFROY P    ETIENNETTE LECLERE VEUVE GARNIER M   ANOINE NIGAY MAIRE ET ANTOINE PEGUET ADJOINT

La Chapelle sous Dun : ChapelleLa Chapelle sous Dun : Chapelle
La Chapelle sous Dun : Chapelle
La Chapelle sous Dun : ChapelleLa Chapelle sous Dun : Chapelle

Je profite de cette fiche pour attirer l'attention des sonneurs improvisés. Cette cloche, comme bien d'autres, est en tirage corde. Le sonneur averti sait qu'à une cloche, même de 150 kg, on ne reste jamais accroché. Mais le sonneur improvisé, celui qui profite d'un baptême, d'un mariage ou d'obsèques, ou bien tout simplement de passage aura envie de rester pendu à la corde pour voir s'il s'envole. C'est une erreur qu'il faut absolument éviter. C'est en effet le meilleur moyen pour fêler voir casser la cloche puisqu'en restant accroché à la corde, même si la cloche arrive à nous faire décoller de quelques centimètres, le poids du sonneur la ralentis considérablement. Hors, le battant, qui est une pièce mobile, continue sa course avec sa pleine force et frappe très fort dans la cloche. Celle-ci n'a que peu de chance d'en sortir indemne, surtout si elle est ancienne. Combien de cloches ont été fêlées ou cassées (en plusieurs morceaux) lors de telles sonneries...!

C'est le cas de la cloche médiévale de la chapelle de Cray (en ligne sur ce site) qui a été fêlée et cassée lors d'une sonnerie sauvage de mariage.

Donc, même si c'est tentant, je conseil de laisser la corde de la cloche tranquillement dans son crochet; que ce soit dans cette chapelle, ou dans toute autre église...

A noter : Ce n'est pas l'intégralité des rapports de visites qui est mise sur mon blog, mais bien un apperçu. Mes rapports sont gardés à titre d'archive et dans un but précis, et communiqués à la SFC et aux mairies et/ou paroisses qui m'ont fait la demande de visite.

Le but de ce blog est de sensibiliser le public à ce qui touche le clocher et les cloches. Il ne s'agit pas simplement d'objets servant à faire du bruit pour appeler les fidèles, mais ce sont des témoins de l'histoire à un moment précis et au cours du temps. Les cloches sont aussi de véritables instruments de musique.

Ce blog n'a pas vocation a inviter les personnes à monter dans les clochers de leur propre chef, ou bien en demandant aux institutions compétantes... L'accès aux clochers est généralement dangereux pour un non initié. 

Hébergé par Overblog